Page d'accueil

Zostavax II

(vaccin contre le zona (à virus vivant, atténué))

Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Ce médicament appartient à la famille des médicaments appelés vaccins. Il s'utilise pour conférer une protection contre le zona aux personnes âgées de plus de 50 ans. Le zona est causé par le même virus que la varicelle. Après la guérison d'une éruption associée à la varicelle, le virus se retire vers les nerfs où il reste inactif pendant des années.

Un zona se déclare quand le virus se réactive et cause une éruption cutanée qui s'accompagne de cloques et d'intenses douleurs à type de brûlure. Le médicament exerce une action qui stimule le système immunitaire et permet de prévenir la survenue d'un zona. Il ne soigne pas le zona.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le.

Les personnes ayant lu cet article ont aussi regardé :





Comment doit-on employer ce médicament ?

Ce médicament est donné en 1 seule injection (de 0,65 mL) sous la peau de la face externe du haut du bras.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de recevoir le médicament sans le consulter au préalable.

Il est très important que ce médicament soit donné conformément aux indications de votre médecin. Si vous manquez un rendez-vous fixé pour recevoir le vaccin, communiquez avec votre médecin aussitôt que possible pour prendre un autre rendez-vous.

Ce médicament doit être conservé à l'abri de la lumière, dans un réfrigérateur entre les températures de 2 et 8 ° C ou plus froid, jusqu'à ce qu'on le mélange avant de l'utiliser pour les injections. Vous devriez conserver le diluant (le liquide fourni pour reconstituer le vaccin) à la température ambiante ou le mettre dans le réfrigérateur.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

Chaque dose unique (0,65 mL) de liquide légèrement opaque à transparent, blanc cassé à jaune pâle, contient un minimum 19,400 UFP (unités formant plages) de la souche Oka/Merck du virus de la varicelle. Ingrédients non médicinaux : saccharose, gélatine hydrolysée, urée, chlorure de sodium, L-glutamate monosodique monohydraté, phosphate de sodium dibasique, phosphate de potassium monobasique et chlorure de potassium. Présence à l'état de traces de cellules MRC-5, de néomycine et du sérum de veau. Le diluant contient de l'eau stérile pour injection. Sans agent de conservation.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Le vaccin contre le zona ne devrait pas être utilisé dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au vaccin contre le zona ou à l'un des ingrédients du médicament (y compris la gélatine);
  • une grossesse;
  • un système immunitaire affaibli (par ex. en raison d'un cancer, d'une infection par le VIH qui a progressé en sida, des problèmes de la moelle osseuse ou d'autres problèmes du système immunitaire);
  • une tuberculose évolutive non traitée;
  • une réaction allergique grave à la néomycine (de l'urticaire, une boursouflure du visage, une difficulté respiratoire);
  • une tuberculose évolutive non traitée;
  • la prise d'un immunosuppresseur comme la cyclosporine, le tacrolimus ou des doses élevées de corticostéroïdes (par ex. la prednisone, la méthylprednisolone) par injection ou par la bouche.


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2018 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens