Page d'accueil

Juxtapid

(lomitapide)

Comment ce médicament agit-il ? Quels sont ses effets ?

Le lomitapide appartient à la classe de médicaments appelés inhibiteurs de la protéine de transfert des triglycérides. On l’utilise, en plus d’un régime alimentaire à faible teneur en gras et d’autres médicaments hypolipidémiants, pour réduire la quantité de cholestérol LDL (« mauvais » cholestérol) dans le sang des adultes qui sont atteints d’une affection génétique appelée hypercholestérolemie familiale homozygote (HFH) qui provoque la production excessive de cholestérol LDL par l’organisme.

Dans les cellules du foie et des intestins, les substances graisseuses sont regroupées en particules adipeuses plus volumineuses qui sont ensuite libérées dans la circulation sanguine. Le lomitapide agit en bloquant la production de ces particules plus grosses, réduisant ainsi la quantité de cholestérol dans le sang.

Ce médicament est disponible sous divers noms de marque ou sous différentes présentations. Une marque spécifique de ce médicament n'est peut-être pas offerte sous toutes les formes ni avoir été approuvée contre toutes les affections dont il est question ici. En outre, certaines formes de ce médicament pourraient ne pas être utilisées contre toutes les affections mentionnées dans cet article.

Il se pourrait que votre médecin ait suggéré ce médicament contre une affection qui ne figure pas dans cet article d'information sur les médicaments. Si vous n'en avez pas encore discuté avec votre médecin, ou si vous avez des doutes sur les raisons pour lesquelles vous prenez ce médicament, consultez-le. Ne cessez pas de prendre ce médicament sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne donnez pas ce médicament à quiconque, même à quelqu'un qui souffre des mêmes symptômes que les vôtres. Ce médicament pourrait nuire aux personnes pour lesquelles il n'a pas été prescrit.

Les personnes ayant lu cet article ont aussi regardé :





Comment doit-on employer ce médicament ?

La dose initiale recommandée de lopitamide pour les adultes est de 5 mg, une fois par jour. Après 2 semaines de traitement, la dose peut être augmentée à 10 mg par jour. Si nécessaire, le médecin peut augmenter la dose à des intervalles de 4 semaines, dépendant de la tolérance du patient au médicament. La dose maximale recommandée est de 60 mg par jour.

Les capsules de lopitamide doivent être avalées entières avec un verre d'eau, sans croquer. Ne broyez pas, n'ouvrez pas, ne dissolvez pas et ne mâchez pas les capsules.

Les aliments peuvent provoquer des réactions indésirables comme de la nausée et de la diarrhée; on doit donc prendre ce médicament sans ingérer de nourriture, au moins 2 heures après le repas du soir.

Il se peut également que votre médecin vous prescrive de la vitamine E et des acides gras essentiels à prendre pendant que vous utilisez le lomitapide. Vous ne devez pas prendre ces suppléments au même moment de la journée que le lomitapide. Le moment recommandé pour la prise de ces suppléments alimentaires est le matin.

Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour déterminer la dose dont une personne a besoin : son poids, son état de santé et la prise d'autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose autre que celles indiquées ici, ne modifiez pas la manière de prendre le médicament sans le consulter au préalable.

Il est important d'utiliser ce médicament conformément aux indications de votre médecin.

Si vous oubliez une dose, ne vous souciez pas de la dose omise et reprenez le schéma posologique usuel. N'utilisez pas une double dose pour compenser l'omission d'une dose. Si vous hésitez sur la conduite à tenir après avoir omis une dose, demandez conseil à votre médecin ou à un pharmacien.

Conservez ce médicament à la température ambiante, à l'abri de la lumière et de l'humidité et hors de la portée des enfants.

Ne jetez pas de médicaments dans les eaux usées (par ex. pas dans l'évier ni dans la cuvette des cabinets) ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment vous débarrasser des médicaments inutilisés ou périmés.

Sous quelles formes ce médicament se présente-t-il ?

5 mg

Chaque capsule orange de gélatine dure, portant les inscriptions « A733 » et « 5 mg » en encre noire, contient 6 mg de mésylate du lomitapide équivalent à 5 mg de lopitamide sous forme de base libre. Ingrédients non médicinaux : gélatine, lactose monohydraté blanc, stéarate de magnésium, cellulose microcristalline, amidon prégélatinisé, oxyde de fer rouge, dioxide de silicium, glycolate d'amidon sodique et dioxyde de titane.

 

10 mg

Chaque capsule orange/blanc de gélatine dure, portant les inscriptions « A733 » et « 10 mg » en encre noire, contient 11 mg de mésylate du lomitapide équivalent à 10 mg de lopitamide sous forme de base libre. Ingrédients non médicinaux : gélatine, lactose monohydraté blanc, stéarate de magnésium, cellulose microcristalline, amidon prégélatinisé, oxyde de fer rouge, dioxide de silicium, glycolate d'amidon sodique et dioxyde de titane.

 

20 mg

Chaque capsule blanc de gélatine dure, portant les inscriptions « A733 » et « 20 mg » en encre noire, contient 23 mg de mésylate du lomitapide équivalent à 20 mg de lopitamide sous forme de base libre. Ingrédients non médicinaux : gélatine, lactose monohydraté blanc, stéarate de magnésium, cellulose microcristalline, amidon prégélatinisé, dioxide de silicium, glycolate d'amidon sodique et dioxyde de titane.

Dans quels cas ce médicament est-il déconseillé ?

Abstenez-vous d'employer ce médicament dans les circonstances ci-après :

  • une allergie au lomitapide ou à l'un des ingrédients du médicament;
  • une insuffisance hépatique modérée à grave;
  • une grossesse confirmée ou soupçonnée;
  • la présence d’une maladie intestinale chronique comme une maladie inflammatoire chronique des intestins ou de la malabsorption
  • la prise de l'un des médicaments ci-après :
    • les azoles antifongiques (par ex. le fluconazole, l'itraconazole, le voriconazole);
    • les antibiotiques macrolides (par ex. la clarithromycine, l'érythromycine);
    • les antagonistes du calcium (par ex. l'amlodipine, le diltiazem, la nifédipine, le vérapamil);
    • les inhibiteurs de la protéase du VIH (par ex., le lopinavir, le ritonavir, le saquinavir);
    • la néfazodone.
  • la présence d’une des rares maladies héréditaires suivantes :
    • une intolérance au galactose;
    • un déficit en lactase de Lapp;
    • une malabsorption du glucose-galactose.


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2018 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens