Page d'accueil

Stérilité



Description

La stérilité se définit habituellement comme l'incapacité de concevoir un enfant après avoir eu pendant un an des rapports sexuels sans contraception et culminant dans un coït vaginal.

La stérilité touche approximativement 10 % des couples en âge de procréer. Environ 30 % des cas de stérilité sont attribuables à un problème d'origine féminine, un nombre égal est dû à des difficultés d'origine masculine, et enfin 30 % des cas sont imputables soit aux deux membres du couple soit à une cause inconnue qui ne sera jamais découverte.

Un couple ne devrait pas se tenir pour infertile avant d'avoir essayé de concevoir sans succès pendant au moins 6 mois, si la femme a 35 ans ou plus, ou pendant au moins une année si la femme a moins de 35 ans. Si une grossesse n'est pas advenue après ce délai, consultez votre médecin. Il n'est heureusement pas rare que des couples aient la surprise de concevoir un enfant sans l'aide d'un traitement après plusieurs années d'essais infructueux.

Apprêtez-vous à discuter avec votre médecin de votre tentative de grossesse.

Remplissez ce bref Guide de discussion avec le médecin pour pouvoir cerner la méthode qui vous conviendrait le mieux et planifier les étapes subséquentes.


Guide de discussion avec le médecin de fertilité

 1  2  3  4  5  6  7  8  9 



OUI      NON
PAS DU TOUT PAS DU TOUT

MODÉRÉMENT MODÉRÉMENT

BEAUCOUP BEAUCOUP

Vous êtes maintenant prête à vous entretenir avec votre médecin de votre tentative de grossesse. Il vous suffit d'imprimer ce feuillet et de l'apporter à votre prochain rendez-vous médical. Consignez également par écrit toutes les questions qui se rapportent spécifiquement à votre cas.

N'oubliez pas que pour obtenir une grossesse vous avez le choix entre plusieurs options, et que vous n'entreprenez pas votre parcours vers la fécondité en solitaire. Pour en savoir davantage sur la fécondité, consultez le canal Fertilité.


Causes

La stérilité tant d'origine féminine que masculine peut résulter de divers troubles et problèmes médicaux.

La stérilité féminine est influencée par :

  • l'âge;
  • les infections sexuellement transmissibles à Chlamydia, entre autres;
  • des lésions aux ovaires;
  • une obturation des trompes de Fallope;
  • une hypothyroïdie (un trouble de la thyroïde);
  • une endométriose (un trouble caractérisé par la présence de cellules de la muqueuse de l'utérus hors de l'utérus);
  • le syndrome des ovaires polykystiques;
  • la présence de cicatrices dans l'utérus;
  • des fibromes (des tumeurs bénignes siégeant sur le muscle lisse de l'utérus);
  • des affections congénitales comme la fibrose kystique;
  • des exercices trop intenses (menant à l'absence des règles);
  • l'anorexie ou la boulimie;
  • de fréquentes variations pondérales;
  • des lésions au col utérin (par ex. à la suite d'un avortement ou du procédé de dilatation et curetage [D et C]).

La stérilité s'observe plus communément de nos jours parce qu'un plus grand nombre de personnes décident d'avoir des enfants plus tard. Mais étant donné que la fécondité des femmes baisse avec l'âge, les femmes qui approchent de la quarantaine, et celles qui en ont franchi le cap, ont naturellement plus de difficultés à concevoir, même en ayant recours à un traitement. Les examens qui constituent le bilan d'une stérilité féminine révèlent la présence d'une endométriose pour 25 % à 50 % des femmes.

Quelques femmes font des fausses couches répétées. Elles sont souvent dues à des troubles du système immunitaire, à des problèmes génétiques, à des causes hormonales ou, occasionnellement, à une légère malformation de l'utérus. Dans certains cas, les spermatozoïdes ne parviennent pas à pénétrer dans l'ovule de la femme, mais la méthode de fécondation in vitro, ou FIV, est une forme de traitement de cette autre anomalie.

L'hyperprolactinémie est une autre cause possible de stérilité féminine. Il s'agit d'une affection caractérisée par une forte augmentation du taux sanguin de prolactine, l'hormone qui normalement stimule la production de lait maternel. Une sécrétion excessive de prolactine peut entraver l'ovulation et la menstruation. On croit que des facteurs comme la tension nerveuse, la marijuana et une hypothyroïdie jouent un rôle dans l'augmentation du taux de prolactine. Certains médicaments sur ordonnance peuvent aussi causer un niveau de prolactine élevé. Il arrive, mais rarement, qu'une très petite tumeur de l'hypophyse, une glande située à la base du cerveau, soit responsable de cette sécrétion excessive, mais ce trouble se traite facilement avec des médicaments.

Les femmes qui ont employé par le passé des pilules ou des injections anticonceptionnelles, des anneaux vaginaux et des timbres transdermiques se demandent parfois si ces produits influent encore sur leur fécondité. Il n'existe aucune preuve que les pilules anticonceptionnelles, les anneaux vaginaux, ou les timbres transdermiques accroissent le risque de stérilité. Après avoir suspendu l'emploi de ces médicaments, vous pourriez cependant décider de ne pas avoir de rapports fécondants avant qu'un cycle menstruel au moins soit révolu. Votre cycle ovarien pourrait ainsi se régulariser naturellement, puisque sa durée ne sera plus fixée par des méthodes de contraception. Si vous aviez toutefois des menstruations qui survenaient à des intervalles irréguliers, ou trop espacés, avant que vous ne commenciez à employer « la pilule », ou l'une des méthodes hormonales de contraception, vos menstruations se manifesteront fort probablement de la même façon que par le passé. Autrement dit, si vos règles apparaissaient 1 fois par mois ou 1 fois tous les 2 mois ou à peu près, votre cycle se rétablira selon ce rythme.

Les dispositifs intra-utérins (DIU) permettent d'éviter la fécondation, mais aucune donnée probante n'a permis de montrer que cette méthode pose un risque accru de stérilité féminine. Des femmes qui ont recours à des injections anticonceptionnelles pourraient devoir attendre le retour de leurs règles et de leur fécondité pendant près d'un an. Discutez avec votre médecin, ou un pharmacien, pour savoir si votre méthode de contraception serait responsable de votre stérilité et, si c'est le cas, pendant combien de temps son influence pourrait encore se prolonger.

La stérilité masculine est influencée par :

  • un désordre hormonal;
  • le tabac;
  • des affections et des situations exposant les testicules à un excès de chaleur comme l'exercice physique, l'eau chaude, des vêtements trop serrés, une position assise prolongée (par. ex. pour les camionneurs);
  • des médicaments contre le cancer, la radiothérapie; 
  • les oreillons après la puberté;
  • les infections transmises sexuellement; 
  • des anomalies anatomiques des organes génitaux comme un testicule qui n'est pas descendu;
  • des médicaments comme des antihypertenseurs, des antidépresseurs et des hormones mâles;
  • un traumatisme génital;
  • une intervention chirurgicale de la prostate;
  • les veines variqueuses des testicules;
  • une consommation immodérée d'alcool;
  • des rapports sexuels problématiques parce qu'ils ont lieu hors de la période de fécondabilité ou se terminent par un retrait prématuré;
  • une lésion de la moelle épinière;
  • des anomalies génétiques;
  • une infection des voies urinaires;
  • la fibrose kystique;
  • l'usage de substances illicites (par ex. la cocaïne, la marijuana);
  • des opiacés;
  • des stéroïdes.

Certains hommes ont une prédisposition aux problèmes de stérilité. Les facteurs ci-après contribuent à la survenue du risque de stérilité :

  • le diabète;
  • une alimentation mal équilibrée;
  • le tabagisme (baisse du nombre de spermatozoïdes et insuffisance érectile);
  • les bains chauds; 
  • une surcharge pondérale ou une insuffisance pondérale.

L'environnement peut aussi influer sur la fécondité. On a observé une baisse de la numération des spermatozoïdes dans les pays industrialisés, et on l'attribue à des facteurs environnementaux qui n'ont pas été précisément identifiés.

Parmi les différents types d'infertilité masculine, on retrouve :

  • l'azoospermie - une absence de spermatozoïdes dans le sperme émis;
  • l'oligospermie - une insuffisance de spermatozoïdes dans le sperme émis;
  • l'asthénospermie - les spermatozoïdes sont présents, mais leur motilité est en dessous de la normale; 
  • la tératospermie - une forte proportion des spermatozoïdes a une forme anormale;
  • une éjaculation rétrograde - le conduit que les spermatozoïdes empruntent normalement est bloqué et il est possible que le sperme émis reflue vers la vessie.




Symptômes et Complications

Un couple jeune, aux organes reproducteurs sains et qui n'utilise pas de moyens de contraception a environ 20 % de chances d'avoir un rapport fécondant dans un mois donné. Quand une personne est jeune et n'a aucune raison de penser qu'elle pourrait être infertile, elle devrait essayer de concevoir pendant un an avant de consulter un médecin à propos d'un traitement contre l'infertilité. Si la femme du couple a plus de 35 ans, la majorité des spécialistes de la fécondité recommandent d'envisager un traitement après une période d'essai de 6 mois afin que cette femme ait une meilleure chance de concevoir pendant qu'elle est encore assez jeune pour raisonnablement espérer que sa grossesse se déroulera sans problème.



Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2018 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens