Page d'accueil

Dysménorrhée



Description

La dysménorrhée signifie littéralement « menstruations difficiles ». Même s'il est normal pour la majorité des femmes de souffrir de crampes abdominales légères pendant un ou deux jours, au début de leurs menstruations, environ 10 % des femmes ressentent des douleurs graves.

Il y a deux types de dysménorrhée :

  • Dysménorrhée primaire : ce trouble entraîne des douleurs menstruelles qui ne constituent pas l'un des symptômes d'un trouble gynécologique sous-jacent, mais représentent le processus normal des menstruations. C'est le type de dysménorrhée le plus fréquent. Elle touche plus de 50 % des femmes et est assez grave dans environ 10 % des cas. La dysménorrhée primaire est plus susceptible d'apparaître vers la fin de l’adolescence et au début de la vingtaine. Heureusement, pour un grand nombre de femmes, ce trouble s'amenuise avec l'âge, plus particulièrement après une grossesse. La dysménorrhée primaire est douloureuse et peut parfois entraîner une invalidité pendant de courtes périodes de temps, mais elle n'est pas dangereuse.
  • Dysménorrhée secondaire : les douleurs menstruelles sont reliées à un trouble gynécologique. La plupart de ces désordres peuvent facilement être traités avec des médicaments ou par certaines interventions chirurgicales. La dysménorrhée secondaire est plus susceptible de toucher les femmes pendant l'âge adulte.

Causes

Il semble que la dysménorrhée soit provoquée par des concentrations excessives de prostaglandines, hormones qui provoquent les contractions de l'utérus pendant les menstruations et l'accouchement. Les douleurs s'expliquent par une libération de ces hormones lors du détachement de l’endomètre (la membrane qui tapisse l'utérus) pendant la période de menstruations, entraînant ainsi une contraction de l’utérus et une diminution de son irrigation sanguine.

On compte parmi les facteurs pouvant aggraver encore plus la douleur associée à la dysménorrhée primaire, le basculement de l'utérus vers l'arrière (rétroversion de l'utérus) plutôt que vers l'avant, des périodes menstruelles plus longues, plus intenses ou irrégulières, le manque d'exercice, le stress psychologique ou social, le tabagisme, la consommation d'alcool, l'embonpoint, des antécédents familiaux de dysménorrhée et le début des menstruations avant l'âge de 12 ans.

La dysménorrhée secondaire peut découler d'un certain nombre de troubles, notamment les suivants :

  • adénomyose - les tissus qui tapissent l'utérus (appelés endomètre) commencent à se développer à l'intérieur de ses parois musculaires;
  • endométriose - des fragments de la paroi de l'endomètre s'échappent de l'utérus et s'implantent sur d'autres organes du bassin;
  • fibromes - tumeurs bénignes qui apparaissent dans la paroi utérine ou sont fixées sur cette paroi;
  • infection transmissible sexuellement (ITS);
  • l'utilisation d'un dispositif intra-utérin (méthode de contraception);
  • salpingite - infection qui touche principalement les trompes de Fallope mais peut également s'attaquer aux ovaires, à l'utérus et au col de l'utérus;
  • tumeur ou kyste ovarien.




Symptômes et Complications

Le principal symptôme de la dysménorrhée est la présence de douleurs, qui apparaissent dans la partie inférieure de l'abdomen au cours des menstruations et peuvent également être ressenties dans les hanches, la partie inférieure du dos ou les cuisses. D'autres symptômes peuvent apparaître, notamment des nausées, des vomissements, des diarrhées, des vertiges, des maux de tête ou de la fatigue.

Pour la majorité des femmes, la douleur commence généralement peu de temps avant ou au début de leurs menstruations, atteint son apogée environ 24 heures après le début des saignements et commence à disparaître après 2 ou 3 jours. Des caillots ou des morceaux de tissu sanglants provenant de la paroi de l'utérus peuvent être expulsés de l'utérus, ce qui provoque des douleurs.

Les douleurs de la dysménorrhée peuvent être spasmodiques (crampes pelviennes prononcées qui surviennent au début des menstruations) ou congestives (douleur sourde et persistante). Les symptômes de la dysménorrhée secondaire apparaissent souvent avant ceux de la dysménorrhée primaire dans le cycle menstruel et ils persistent généralement pendant plus longtemps.

Dans 5 à 15% des cas, la douleur ressentie chez les femmes atteintes de dysménorrhée primaire est assez importante pour les perturber dans leurs activités quotidiennes et peut être la cause d’une absence à l’école ou au travail.



Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2018 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens