Page d'accueil

Grossesse

Les problèmes gestationnels courants et leurs solutions

Tandis que quelques femmes chanceuses effectuent tout le périple de leur grossesse sans même ressentir la moindre nausée, d'autres, comme nous, doivent faire face à quelques (ou même à plusieurs) problèmes associés à la grossesse. Voici comment faire face à certains des problèmes les plus fréquemment associés à une grossesse.

Les brûlures d'estomac : les changements hormonaux déclenchés par une grossesse, combinés à l'augmentation du volume de votre abdomen, facilitent le reflux de l'acide gastrique à l'intérieur de votre œsophage. Voici quelques petits conseils pour en éteindre le feu :

  • prenez de petits repas à intervalles réguliers (cela aidera également à atténuer la nausée matinale associée à votre grossesse) ;
  • évitez les aliments gras ou frits, le café, le cola et le tabac (des choix qui ne sont pas conseillés au cours de la grossesse, de toute façon) ;
  • mangez lentement et mastiquez bien vos aliments ;
  • ne vous couchez pas pendant les 30 minutes qui suivent la fin d'un repas ;
  • soutenez votre tête et vos épaules lorsque vous vous installez pour dormir ;
  • essayez le carbonate de calcium, un antiacide utilisé également comme supplément calcique. Ne prenez pas plus que la dose recommandée sur l'emballage et n'utilisez pas d'autres médicaments en vente libre (y compris d'autres antiacides) avant d'avoir consulté votre médecin ou votre pharmacien.

Les nausées durant la grossesse : comme toutes les futures mamans le savent, ces nausées qui se manifestent le plus fréquemment le matin au réveil mériteraient d'être renommées « les nausées de toute la journée » durant la grossesse. Elles s'atténuent habituellement après le 1er trimestre, mais quelques femmes ont la malchance de la ressentir jusqu'au moment de l'accouchement. Voici quelques petits conseils qui vous aideront à calmer votre estomac barbouillé :

  • prenez de petits repas à intervalles fréquents. Passez à table avant d'avoir très faim ;
  • buvez de petites quantités de liquide plusieurs fois par jour. Mais ne buvez pas ni juste avant ni juste après les repas, ni durant les repas d'ailleurs ;
  • mangez une petite collation nutritive avant de vous lever le matin, optez pour des craquelins ou une barre céréalière (placez-les près de votre lit), puis restez couchée pendant 15 minutes ;
  • tenez-vous loin des odeurs ou des aliments qui vous rendent nauséeuse ! Les déclencheurs les plus fréquents sont les aliments frits, épicés ou gras ;
  • ayez recours au pain, aux nouilles, au melon d'eau, aux craquelins, aux céréales, à la purée de pommes de terre, aux soupes claires, à quelques tranches de pommes, aux bretzels ou aux cornichons si vous éprouvez de la difficulté à trouver des aliments qui ne provoqueront pas des vomissements ;
  • essayez de manger les aliments froids plutôt que chauds afin d'atténuer les odeurs ;
  • humez un citron ou du gingembre pour calmer votre estomac ;
  • grignotez quelques croustilles salées pour apaiser votre nausée avant un repas ;
  • prenez votre vitamine prénatale avec des aliments pour qu'elle ne vous irrite pas l'estomac ;
  • reposez-vous bien et aérez-vous ;
  • portez un bracelet d'acupression (en vente chez votre pharmacien) ;
  • demandez à votre médecin si vous pouvez prendre Diclectin®, (l'association médicamenteuse doxylamine - pyridoxine), un médicament antinauséeux sur ordonnance pour les femmes enceintes.

La fatigue : lorsqu'on pense à la tâche énorme à laquelle votre organisme se consacre en ce moment, il n'est pas étonnant que vous vous sentiez complètement épuisée. La meilleure solution : le repos ! Permettez-vous d'obtenir tout le sommeil dont vous avez besoin, même si vous devez ajuster votre horaire et demander de l'aide pour les travaux ménagers.

Des émissions d'urine plus fréquentes : au cours du 1er trimestre, vous allez aux toilettes plus souvent parce que le taux d'hormone de grossesse gonadotrophine chorionique humaine (hCG) augmente et stimule la production d'urine. Au cours du 2e trimestre, vous ressentez habituellement un certain répit de ce côté. Mais au cours du 3e trimestre, vous allez à nouveau très fréquemment aux toilettes, car l'augmentation de volume de l'utérus exerce une pression sur la vessie. Que pouvez-vous faire ?

  • évitez la caféine ;
  • abstenez-vous de boire dès le début de la soirée et jusqu'au coucher - buvez davantage durant la journée pour compenser ;
  • allez aux toilettes lorsque vous en ressentez l'envie ;
  • urinez penchée vers l'avant pour aider votre vessie à se vider encore plus.

La constipation : au cours de votre grossesse, les aliments se déplacent plus lentement le long des intestins pour vous donner une meilleure chance d'absorber les nutriments. Les suppléments de fer peuvent également vous constiper. Que pouvez-vous faire pour évacuer régulièrement des selles ?

  • mangez des aliments à forte teneur en fibres comme des fruits, des légumes, des fèves et des grains entiers ;
  • absorbez beaucoup de liquides ;
  • soyez active ;
  • allez aux toilettes dès que vous en avez envie - n'attendez pas.

Les maux de dos : la croissance de l'utérus, le changement du centre de gravité du corps et le relâchement des ligaments se traduisent chez plusieurs femmes enceintes par des douleurs dorsales, en particulier au cours du 3e trimestre. Voici quelques petits conseils pour réduire les maux de dos :

  • choisissez bien vos chaussures. Optez pour un modèle à petit talon offrant un bon soutien pour l'arche ;
  • soulevez en poussant avec les jambes et en gardant le dos droit. Et ne soulevez pas de lourdes charges - demandez de l'aide ;
  • placez l'un de vos pieds sur un tabouret ou sur une boîte si vous devez rester debout pendant longtemps ;
  • accroupissez-vous et gardez le dos droit plutôt que de courber la taille lorsque vous ramassez un objet ;
  • laissez-vous rouler sur le côté en premier, puis utilisez vos mains pour vous soulever lorsque vous sortez du lit ;
  • appliquez un coussin chauffant sur votre dos ou demandez une friction ;
  • choisissez des chaises qui soutiennent bien la région lombaire ou placez un petit oreiller dans le creux de votre dos lorsque vous vous asseyez ;
  • restez active - essayez de pratiquer des exercices aquatiques et la marche.

Les vergetures et les démangeaisons abdominales : il n'existe pas un moyen infaillible de prévenir l'apparition des vergetures ou de se débarrasser de ces marques. Mais vous pouvez réduire votre risque en essayant de ne pas dépasser la prise de poids corporel recommandée : 11 kg à 16 kg (25 lb à 35 lb) pour la plupart des femmes. Utilisez une lotion pour que votre peau reste bien hydratée et pour prévenir les démangeaisons sur l'abdomen. Après la naissance de bébé, les stries s'atténueront probablement.

Le diabète gestationnel : il s'agit d'un type de diabète qui commence pendant la grossesse et qui disparaît habituellement après l'accouchement. Le premier signe est habituellement une élévation de la glycémie (le sucre sanguin) décelée par un examen systématique effectué entre la 24e et la 28e semaine de grossesse. Votre médecin prescrira des examens complémentaires qui lui permettront d'établir un diagnostic définitif. En cas de diabète gestationnel, quelques changements auront lieu :

  • des examens médicaux plus fréquents ciblant le dosage de la glycémie, des échographies, des analyses d'urine pour détecter la présence de protéines et des mesures de votre pression artérielle ;
  • des changements sains apportés à votre régime alimentaire et une augmentation de votre activité physique ;
  • des injections d'insuline s'il n'est pas possible de stabiliser votre taux de sucre sanguin au moyen d'exercices physiques et de votre régime alimentaire ;
  • un suivi médical ciblant votre taux de sucre sanguin environ 6 semaines après l'accouchement, puis chaque année, étant donné que les femmes atteintes d'un diabète gestationnel courent un risque plus élevé de faire du diabète lorsqu'elles avancent en âge.

Le diabète gestationnel augmente le risque d'avoir un gros bébé, de subir une césarienne ou d'avoir un bébé dont le taux de sucre sanguin chute après la naissance. Mais il est possible de stabiliser tant votre glycémie que celle de votre bébé.

Une pression artérielle élevée (dont la montée est provoquée par la grossesse) : certaines femmes observent une montée de leur pression artérielle durant leur grossesse ; habituellement au cours du dernier trimestre (les 3 derniers mois). Bien que les valeurs de la pression artérielle redeviennent habituellement normales après l'accouchement, entre-temps, le risque de certaines complications peut augmenter tant pour la mère que pour le bébé. La quantité de sang irrigant le placenta peut se trouver réduite, auquel cas le bébé obtient moins d'oxygène et de nutriments. La mère pourrait constater la survenue de graves problèmes comme des convulsions ou une réduction de la circulation sanguine vers les organes vitaux. Avertissez votre médecin si vous avez des maux de tête violents, des changements de la vision, une douleur abdominale, une production d'urine diminuée ou une enflure importante des mains et des pieds. Si votre pression artérielle augmente pendant votre grossesse, votre médecin mesurera votre tension artérielle et votre poids et il prescrira des analyses d'urine à intervalles réguliers. Il se peut que vous ayez besoin de prendre des médicaments, de vous aliter et de surveiller votre alimentation pour abaisser votre tension artérielle. Si la fin de votre grossesse approche et que votre pression artérielle est vraiment élevée, vous devrez peut-être accoucher avant la date prévue. Seule la naissance de votre bébé vous guérira de cette montée de pression artérielle.

Cette liste de problèmes associés à la grossesse n'est pas exhaustive. Demandez conseil à votre médecin pour savoir comment prendre en charge ces problèmes et ceux qui pourraient survenir au cours du déroulement de votre grossesse.




Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2018 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens