Page d'accueil

VPH

Questions fréquentes sur le VPH

  1. Ma fille n'est pas encore une adolescente. Pourquoi devrais-je me préoccuper de l'infection par le VPH ?
    Comme le VPH peut causer des problèmes de santé tels que le cancer du col de l'utérus, les verrues génitales et d'autres types de cancer, il ne sera jamais trop tôt pour songer à protéger votre fille. Vous et votre fille pouvez prendre des mesures de précaution simples dès maintenant pour aider à prévenir ou à réduire au minimum le risque d'infection par le VPH et ses complications.

    Par ailleurs, il est important de ne pas penser qu'il est trop tard, même si votre fille est déjà active sexuellement. Il y a encore beaucoup de choses que vous pouvez faire pour aider à la protéger contre l'infection par le VPH et d'autres infections transmissibles sexuellement.

    Parlez avec votre médecin de toutes les options possibles pour aider à protéger votre fille contre le VPH.
     

  2. Existe-t-il un traitement pour l'infection par le VPH ?
    Non. Malheureusement, il n'y a pas encore de traitement pour l'infection par le VPH. Les verrues génitales et les cellules cervicales anormales peuvent être enlevées, mais le virus demeurera dans l'organisme. Souvent, l'organisme réussit à éliminer le virus, mais parfois il n'y arrive pas. La meilleure chose à faire est donc tout d'abord de prévenir l'infection. Discutez avec votre médecin ou le médecin de votre fille des façons de protéger celle-ci contre l'infection par le VPH et des problèmes qu'elle peut causer, tels le cancer du col de l'utérus et les verrues génitales.
     
  3. Que puis-je faire pour protéger ma fille contre l'infection par le VPH ?
    Voici trois façons d'aider à réduire le risque pour votre fille de contracter une infection par le VPH :
    • L'encourager à passer des bilans de santé et des tests Pap régulièrement. Cela permettra de déceler les problèmes de santé alors qu'ils sont encore faciles à traiter.
    • Lui expliquer les pratiques sexuelles à risques réduits.
    • Discuter avec votre médecin pour savoir si le vaccin contre le VPH serait approprié dans le cas de votre fille.
       
  4. À quel âge les jeunes filles peuvent-elles recevoir le vaccin contre le VPH et comment est-il administré ?
    Le vaccin contre le VPH est approprié pour les filles et les jeunes femmes de 9 à 26 ans.

    Selon le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI), le meilleur moment pour faire vacciner votre fille est avant le début de sa vie sexuelle active, car elle n'aura pas encore eu l'occasion d'être infectée par certains types de VPH. Cependant, le vaccin peut aussi être bénéfique aux filles et aux jeunes femmes qui sont actives sexuellement.

    Les femmes peuvent recevoir le vaccin même si elles ont déjà eu des résultats anormaux à leur test Pap ou si elles ont des verrues génitales, un cancer du col de l'utérus ou des cellules cervicales anormales, puisque le vaccin peut encore les protéger contre les types de VPH qu'il contient et qu'elles n'ont pas déjà contractés. Cependant, le vaccin n'est pas un traitement pour le cancer du col de l'utérus, les verrues génitales ou les cellules cervicales anormales.

    Le vaccin peut être administré au bureau du médecin ou dans une clinique en trois doses séparées dans une période de 6 mois. La deuxième dose est administrée 2 mois après la première dose, et la troisième est administrée 6 mois après la première dose. Le vaccin est administré par injection intramusculaire dans la partie supérieure du bras ou de la cuisse.
     

  5. Si le vaccin ne protège pas contre tous les types de VPH, pourquoi ma fille devrait-elle être vaccinée ?
    Le vaccin ne protège pas contre tous les types de VPH, mais il aide à protéger contre les deux types qui causent 70 % des cas de cancer du col de l'utérus et deux autres types qui sont responsables de 90 % des cas de verrues génitales. En faisant vacciner votre fille contre ces quatre types de VPH, vous aidez à réduire chez elle le risque de présenter des cellules vaginales ou cervicales anormales, un cancer du col de l'utérus, des verrues génitales, un cancer du vagin et un cancer de la vulve.
     
  6. Ma fille est-elle assez vieille pour passer un test Pap ?
    Vous la voyez toujours comme une enfant, mais votre fille a grandi. N'oubliez pas que le test Pap est l'un des meilleurs moyens pour dépister les cellules cervicales anormales et le cancer du col de l'utérus. Environ 50 % des femmes atteintes d'un cancer du col de l'utérus n'avaient pas subi de tests Pap tel qu'il est recommandé.

    Une femme devrait commencer à passer des tests Pap dans les trois ans qui suivent sa première relation sexuelle ou à partir de 18 ans, selon la première éventualité. Conseillez à votre fille de ne pas remettre à plus tard les tests Pap.

    Expliquez à votre fille que le test Pap permet de déceler des cellules anormales au niveau du col de l'utérus avant qu'elles ne causent des problèmes. Ces cellules ne sont pas dangereuses maintenant, mais elles peuvent devenir cancéreuses. Si elles sont décelées assez rapidement, on peut prévenir le cancer du col de l'utérus en enlevant ces cellules anormales.

    Parlez avec votre fille de l'importance de passer régulièrement des tests Pap et des bilans de santé en vue de prévenir un cancer du col de l'utérus.




Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2018 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens