Page d'accueil

VPH

Le VPH et les maladies qu'il peut causer

Il est difficile pour la plupart des parents de réaliser que leur petite fille grandit et qu'elle devient une femme. Comme lorsqu'elle était une enfant, votre besoin de la protéger sera toujours présent. Qu'elle ait une vie sexuelle active ou non, il serait bon de commencer à prendre en considération sa santé sexuelle et de vous demander comment vous pouvez aider à protéger votre fille contre le VPH.

Pourquoi devrais-je me préoccuper du VPH ?

  • Il est fort probable que votre fille sera exposée au VPH, et ce, même à un jeune âge. En effet, 75 % des Canadiens contracteront au moins une infection par le VPH au cours de leur vie, et probablement même avant l'âge de 25 ans.
  • Le VPH peut causer des problèmes de santé, tels les verrues génitales, le cancer du col de l'utérus, le cancer de la vulve et le cancer du vagin. Bien que la plupart des infections par le VPH disparaissent spontanément sans laisser de séquelles, elles causent parfois des problèmes de santé graves qui peuvent avoir des répercussions importantes sur la santé et le bonheur futurs de votre fille. Pour en savoir plus sur ces problèmes de santé, lisez ce qui suit.
  • Dès que votre fille devient active sexuellement, elle est à risque. Un seul contact sexuel avec une personne infectée peut suffire pour contracter l'infection par le VPH. Votre fille peut être infectée par le VPH dès son premier contact sexuel, même si elle n'a pas une relation avec pénétration.
  • Souvent l'organisme réussit à éliminer le VPH spontanément, mais n'oubliez pas qu'il n'existe actuellement aucun traitement pour l'infection par le VPH et que votre fille peut être infectée plus d'une fois dans sa vie. Heureusement, il existe des moyens de réduire au minimum le risque que votre fille contracte le VPH. Pour de plus amples renseignements, cliquez sur «  Que puis-je faire pour protéger ma fille contre l'infection par le VPH ? ».

Lien entre le VPH et le cancer du col de l'utérus

Saviez-vous que le cancer du col de l'utérus peut être causé par certains types de VPH ?

Bien que la plupart des infections par le VPH disparaissent spontanément sans causer de séquelles, certains types de VPH peuvent infecter les cellules du col de l'utérus (partie inférieure de l'utérus qui est reliée au vagin), rendant ainsi ces cellules plus susceptibles de devenir cancéreuses.

En règle générale, le cancer du col de l'utérus évolue lentement. Lorsqu'il est décelé assez rapidement, ce cancer peut être traité avec succès. Si le cancer n'est pas décelé assez tôt au moyen du test Pap, il peut être rendu à un stade relativement avancé avant que la femme sache qu'elle en est atteinte. Or, un diagnostic tardif affecte le pronostic et le traitement. Toutes les femmes ayant une vie sexuelle active devraient passer un test Pap régulièrement, un examen qui constitue l'un des meilleurs moyens pour dépister les cellules cervicales anormales et le cancer du col de l'utérus.

Qu'est-ce que cela peut signifier pour votre fille ?

  • Si elles sont décelées rapidement à l'aide d'un test Pap, les cellules précancéreuses sont, dans la plupart des cas, traitées avec succès.
  • Si le cancer n'est pas diagnostiqué à un stade précoce et qu'il a eu le temps d'évoluer, le traitement peut nécessiter une intervention chirurgicale ou une radiothérapie.
  • Plus le cancer est décelé tardivement, plus le taux de survie est faible.

Statistiques sur le cancer du col de l'utérus :

  • Au Canada, le cancer du col de l'utérus vient au deuxième rang des cancers les plus fréquents chez les femmes de 20 à 44 ans.
  • On estime que chaque année au Canada, 1 400 femmes apprennent qu'elles sont atteintes d'un cancer du col de l'utérus.

Lien entre le VPH et les cellules anormales du col de l'utérus

Appareil reproducteur de la femme

Appareil reproducteur de la femme

Le VPH peut aussi entraîner l'apparition de cellules anormales dans le col de l'utérus (appelées dysplasies cervicales). Bien que l'organisme élimine souvent l'infection spontanément, ces cellules peuvent parfois évoluer vers un cancer du col de l'utérus si elles ne sont pas traitées. Les dysplasies cervicales sont généralement décelées par un test Pap effectué de façon régulière; le test Pap est l'une des méthodes les plus efficaces pour dépister les cellules anormales. Chaque année au Canada, environ 350 000 tests Pap révèlent des anomalies. Comme les dysplasies cervicales sont souvent asymptomatiques, il est essentiel de bien faire comprendre à votre fille l'importance de passer des tests Pap régulièrement. On devrait inciter toutes les femmes à passer des tests Pap régulièrement.

Saviez-vous qu'environ 50 % des femmes atteintes d'un cancer du col de l'utérus n'avaient pas subi de tests Pap tel qu'il est recommandé ?

Subir des tests Pap régulièrement est un moyen très efficace pour aider à prévenir un cancer du col de l'utérus.

Parlez avec votre médecin ou le médecin de votre fille pour obtenir plus d'information sur le test Pap.

Lien entre le VPH et les verrues génitales

Le VPH peut causer des verrues génitales. En fait, certains types de VPH à faible risque sont responsables de la plupart des cas de verrues génitales. Les verrues génitales sont très contagieuses et sont parmi les infections transmissibles sexuellement (ITS) les plus répandues.

Les verrues génitales sont des excroissances de couleur chair qui peuvent être plates ou surélevées comme une verrue typique. On dit parfois qu'elles ont l'aspect d'un « chou-fleur ». On peut les trouver n'importe où sur les régions génitales externe ou interne ou sur les cuisses.

Cliquez ici pour savoir à quoi ressemblent les verrues génitales.

Elles sont très contagieuses. En effet, 2 personnes sur 3 qui ont des relations sexuelles avec un partenaire infecté auront elles-mêmes des verrues génitales. Comme les verrues génitales peuvent être minuscules ou internes, votre fille pourrait en avoir sans le savoir.

Heureusement, vous pouvez aider votre fille à éviter la gêne et les désagréments causés par les verrues génitales.

Qu'est-ce que cela peut signifier ?

  • Bien que les verrues génitales ne soient pas douloureuses, elles peuvent causer de l'inconfort pendant une activité sexuelle.
  • Elles peuvent aussi causer des problèmes pendant la grossesse et à l'accouchement.
  • Les verrues génitales peuvent être traitées de diverses façons : médicaments en crème vendus sur ordonnance, courant électrique (électrothérapie), froid (cryothérapie) ou chirurgie au laser. Cependant, comme l'infection par le VPH ne se guérit pas, les verrues peuvent réapparaître.
  • Elles peuvent aussi causer des troubles émotionnels, car elles peuvent être disgracieuses et gênantes.

Pour de plus amples renseignements, cliquez sur « Que puis-je faire pour protéger ma fille contre l'infection par le VPH ? ».

Lien entre le VPH et le cancer de la vulve et le cancer du vagin

Le VPH peut causer le cancer de la vulve (région génitale externe chez la femme) et le cancer du vagin.

Les cellules du vagin ou de la vulve infectées par certains types de VPH peuvent subir des modifications qui les rendent plus susceptibles de se transformer en cellules cancéreuses.

Heureusement, vous pouvez faire quelque chose pour aider à protéger votre fille contre le cancer de la vulve et le cancer du vagin. Parlez avec le médecin de votre fille des options qui lui sont offertes pour se protéger, notamment adopter des pratiques sexuelles à risques réduits, passer des tests Pap et des bilans de santé régulièrement et se faire vacciner.




Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2018 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens