Page d'accueil

VPH

Que puis-je faire pour me protéger contre le VPH?

En plus de passer régulièrement des tests Pap et des bilans de santé, il existe d'autres moyens de vous protéger contre le VPH.

Pratiques sexuelles à risques réduits

Adopter des pratiques sexuelles à risques réduits peut contribuer à vous protéger contre le VPH responsable des verrues génitales, du cancer du col de l'utérus et d'autres problèmes de santé.

Comment peut-on contracter le VPH?
Le VPH est transmis par contact de la peau avec la région génitale au cours d'une activité sexuelle même sans pénétration. Le VPH n'est pas transmis par le sang comme d'autres virus, tel le VIH.

Comment peut-on avoir des « pratiques sexuelles à risques réduits »?

  • Pas de panique! Adopter des pratiques sexuelles à risques réduits ne signifie pas que vous devrez vous enfermer à double tour pendant les 20 prochaines années ni vous abstenir de toute activité sexuelle.
  • Au risque de nous répéter, nous vous incitons fortement à utiliser un condom chaque fois que vous avez un contact sexuel avec votre partenaire. N'oubliez pas toutefois que les condoms ne procurent pas une protection complète car ils ne couvrent pas toute la peau exposée qui pourrait transmettre le VPH. Cependant, n'arrêtez pas de les utiliser car ils peuvent vous protéger contre d'autres infections, telles que l'infection par le VIH, la gonorrhée et l'infection à Chlamydia. Les condoms peuvent aussi réduire le risque de devenir enceinte.
  • Cela tombe sous le sens, mais nous ne le répéterons jamais assez : évitez tout contact sexuel si l'un des partenaires a des verrues génitales, des ampoules, des lésions ou des démangeaisons. Certains experts sont d'avis que lorsque des verrues génitales sont apparentes, le risque de propagation du VPH est plus élevé. Cliquez ici pour savoir à quoi ressemblent les verrues génitales.
  • Limitez le nombre de vos partenaires sexuels. Constatez à quelle vitesse le VPH peut être transmis au sein de votre réseau de partenaires sexuels.
  • Rappelez-vous que l'abstinence (ne pas avoir de relations sexuelles) est une option valable – ne vous forcez pas à avoir des relations sexuelles si vous ne le désirez pas vraiment. Mais si vous décidez d'être active sexuellement, utilisez des condoms et limitez le nombre de vos partenaires sexuels afin d'aider à réduire le risque de contracter des infections, telle l'infection par le VPH.

Que doit-on savoir de plus sur les pratiques sexuelles à risques réduits et le VPH?

  • On ne peut pas savoir si une personne est infectée par le VPH juste en la voyant. Dans bien des cas, la personne infectée n'a aucun symptôme visible, mais elle peut quand même transmettre le virus. Il arrive souvent que des personnes soient infectées par le VPH sans même le savoir.
  • Avoir des relations sexuelles avec une seule personne ne vous protège pas nécessairement contre le VPH. Vous ou votre partenaire avez peut-être déjà contracté le VPH au cours d'une relation antérieure, même sans avoir eu de relations sexuelles avec pénétration. N'oubliez pas que le VPH est transmis par contact de la peau avec la région génitale d'un partenaire infecté, pendant une activité sexuelle.

C'est votre choix d'adopter des pratiques sexuelles à risques réduits! Cela contribuera à vous protéger contre l'infection par le VPH et d'autres ITS. N'oubliez pas qu'il est important de connaître tous les moyens de se protéger.

Vaccination – Questions et réponses

J'ai entendu parler d'un vaccin contre certains types de VPH. De quoi s'agit-il?
Deux vaccins sont offerts pour aider à protéger contre certains types de VPH. Les vaccins contre le VPH protègent contre 2 types de VPH qui causent 70 % de tous les cas de cancer du col de l’utérus. L’un des vaccins contre le VPH protège également contre 2 types de VPH qui causent 90 % des toutes les verrues génitales.

Est-ce que je peux recevoir le vaccin?
Les vaccins sont disponibles pour les jeunes filles et les jeunes femmes âgées d’au moins 9 ans. L’un des vaccins est destiné aux jeunes filles et aux jeunes femmes âgées de 10 à 25 ans. Un autre vaccin est destiné aux jeunes filles et aux femmes âgées de 9 à 45 ans. Les garçons et les jeunes hommes de 9 à 26 ans peuvent également recevoir l’un des vaccins contre le VPH; voir la section « Les personnes du sexe masculin peuvent-elles également recevoir le vaccin ? » pour en savoir plus.

Comment le vaccin est-il administré?
Le vaccin est administré en une série de 3 injections (piqûres) séparées, au cours d’une période de 6 mois. La deuxième injection est administrée un ou deux mois après la première injection (selon le type de vaccin que vous recevez). Puis, la troisième injection est donnée 6 mois après la première. Pour s'assurer que le vaccin soit pleinement efficace, il est vraiment important que vous receviez les trois doses exactement aux moments prévus. Il est préférable que vous suiviez le calendrier ci-dessus. Toutefois, si vous omettez une dose, votre médecin devra décider quel est le meilleur moment pour vous administrer la dose omise.

Afin de ne pas oublier les doses du vaccin que vous devez recevoir, essayez de fixer les deux autres rendez-vous de vaccination au moment de votre première visite chez le médecin; inscrivez ces dates sur votre calendrier à la maison ou enregistrez un rappel sur votre téléphone cellulaire. Que ce soit au moyen du téléphone cellulaire, du calendrier, d'un(e) ami(e) ou d'un membre de la famille, il existe de nombreuses façons de vous rappeler la prochaine injection du vaccin – choisissez celle qui vous convient le mieux.

Qu'est-ce que le vaccin ne fait pas?
Le vaccin est bien toléré, ce qui signifie que la plupart des femmes ne ressentent pas ou ressentent peu d'effets indésirables. Le vaccin n'est pas un traitement pour le cancer du col de l'utérus, les verrues génitales ou les cellules cervicales anormales. Il ne peut pas remplacer non plus les bilans de santé réguliers, incluant des tests Pap périodiques. N'oubliez pas que le test Pap est l'un des meilleurs moyens de dépister les cellules cervicales anormales et le cancer du col de l'utérus. Malheureusement, le vaccin ne peut pas être administré à tout le monde. Par conséquent, vérifiez auprès de votre médecin si vous pouvez le recevoir.

Quels sont les effets indésirables du vaccin?
Le vaccin est généralement bien toléré. Parmi les effets secondaires de la vaccination contre le VPH, on peut retrouver :

  • une douleur abdominale;
  • de la diarrhée;
  • de la douleur, une enflure, des démangeaisons et une rougeur au point d'injection du vaccin;
  • une douleur articulaire;
  • des étourdissements;
  • de la fatigue;
  • une fièvre;
  • des maux de tête;
  • de la nausée;
  • une sensibilité ou une douleur musculaire;
  • des vomissements.

Demandez à votre médecin ce que vous devez faire si vous présentez l'une ou l'autre de ces réactions. Très rarement, des patientes ont éprouvé une difficulté à respirer après avoir reçu le vaccin. Si cela arrivait, composez le 9-1-1 immédiatement.

Les personnes du sexe masculin peuvent-elles également recevoir le vaccin?
L’un des vaccins contre le VPH qui est disponible au Canada peut également être utilisé par les garçons et les jeunes hommes âgés de 9 à 26 ans. Pour les personnes du sexe masculin, les vaccins contre le VPH aide à protéger contre certains types de VPH qui causent les infections à VPH et les verrues génitales. Le schéma posologique est le même que pour les femmes - 3 injections au cours d’une période de 6 mois. La vaccination contre le VPH pour les personnes de sexe masculin est également importante, car elle aide à prévenir la propagation des infections à VPH.

Quoi d'autre?
Parlez avec votre médecin pour en savoir plus sur le VPH et sur tout ce que vous pouvez faire pour vous protéger, notamment adopter des pratiques sexuelles à risques réduits, subir régulièrement des tests Pap et des bilans de santé et vous faire vacciner.
Les différents moyens de protection offerts contre le VPH ne sont peut-être pas tous appropriés pour vous; parlez-en avec votre médecin.

La vaccination contre le VPH ne remplace pas la nécessité de subir des tests Pap et des bilans de santé régulièrement. Même si vous avez été vaccinée contre le VPH, vous devez encore subir des tests Pap et des bilans de santé périodiques.




Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2018 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens