Page d'accueil

VPH

Le VPH et les maladies qu'il peut causer

Lien entre le VPH et le cancer du col de l'utérus

Saviez-vous que le cancer du col de l'utérus peut être causé par certains types de virus du papillome humains (VPH) ?

Bien que la plupart des infections par le VPH disparaissent spontanément sans laisser de séquelles, il y a plus de 40 types différents de VPH qui touchent la région génitale et deux d'entre eux sont responsables d'environ 70 % des cas de cancer du col de l'utérus. Lorsque ces types de VPH infectent les cellules du col de l'utérus (ouverture de l'utérus), les cellules infectées peuvent devenir cancéreuses.

Comment le cancer du col de l'utérus peut-il affecter votre vie ?

  • Lorsque les lésions précancéreuses (cellules anormales qui peuvent devenir cancéreuses mais qui ne le sont pas encore) sont dépistées à un stade précoce par le test Pap, elles peuvent généralement être traitées avec succès.
  • Si le cancer n'est pas diagnostiqué assez tôt, vous pourriez devoir subir une intervention chirurgicale ou une radiothérapie.

En principe, plus le cancer est décelé tardivement, plus le taux de survie est faible.

Au Canada, le cancer du col de l'utérus vient au deuxième rang des cancers les plus fréquents chez les femmes de 20 à 44 ans.

Voyez comment vous pouvez vous protéger contre le cancer du col de l'utérus :

Lien entre le VPH et les cellules anormales du col de l'utérus (dysplasies cervicales)

Appareil reproducteur de la femme

Appareil reproducteur de la femme

Bien que la plupart des infections par le VPH disparaissent spontanément sans laisser de séquelles, il y a certains types de VPH qui peuvent toucher la région génitale et entraîner l'apparition de cellules anormales dans le col utérin appelées dysplasies cervicales. Les dysplasies cervicales entraînent une modification de l'aspect des cellules. On les appelle parfois lésions précancéreuses car elles peuvent évoluer vers un cancer du col de l'utérus. Ces cellules anormales ne causent généralement pas de symptômes et le meilleur moyen d'en vérifier la présence est de passer régulièrement un test Pap.

Les tests Pap effectués de façon périodique permettent de déceler les cellules anormales avant qu'elles ne deviennent cancéreuses; il est donc très important de subir des tests Pap de façon régulière. Demandez à votre médecin à quelle fréquence vous devriez passer des tests Pap. En règle générale, les filles et les jeunes femmes qui sont actives sexuellement devraient passer un test Pap dans les trois ans qui suivent leur première relation sexuelle ou à partir de 18 ans, puis à des intervalles réguliers jusqu'à l'âge de 70 ans, selon leur province de résidence.

Si votre médecin vous dit que les résultats de votre test Pap sont anormaux, rappelez-vous que cela ne signifie pas nécessairement que vous avez un cancer. Restez calme ! Au Canada, environ 4 à 5 millions de tests Pap sont effectués chaque année, dont environ 350 000 révèlent des anomalies. Votre médecin voudra peut-être enlever ces cellules et vous demandera probablement aussi de subir des tests Pap plus fréquemment pendant une certaine période jusqu'à ce que tout « redevienne normal ». Lorsque la dysplasie est légère, certains médecins peuvent opter pour une méthode appelée « l'attente sous surveillance » et font aussi passer des tests Pap plus souvent, car dans ces cas, il arrive que les cellules anormales disparaissent d'elles-mêmes. Quelle que soit la méthode utilisée, n'oubliez pas que vous n'êtes pas seule.

Lien entre le VPH et les verrues génitales

Saviez-vous que les verrues génitales sont causées uniquement par certains types de VPH ?

Deux types de VPH causent 90 % des cas de verrues génitales.

Les verrues génitales sont des excroissances de couleur chair, qui peuvent être plates ou ressembler à une verrue typique. On dit parfois qu'elles ont l'aspect d'un « chou-fleur ». Certaines sont trop petites pour être visibles et d'autres sont plus grosses. Elles apparaissent généralement sur le col de l'utérus (extrémité inférieure de l'utérus) ou sur la vulve (partie externe de l'appareil génital de la femme), mais elles peuvent aussi se trouver sur d'autres parties du corps, comme les cuisses. Chez les hommes, elles peuvent se retrouver n'importe où sur les parties génitales et sur les cuisses. Les verrues génitales sont très contagieuses. En effet, 2 personnes sur 3 qui ont des relations sexuelles avec un partenaire infecté auront elles-mêmes des verrues génitales.

Vous croyez savoir à quoi ressemblent les verrues génitales ? Cliquez ici et essayez de les repérer.

Comment les verrues génitales peuvent-elles affecter ma vie ?

  • De nombreuses personnes atteintes éprouvent une baisse de l'estime de soi, du déni, de la gêne, de la colère, de la peur et de la honte. En effet, il peut être très embarrassant de devoir dire à un partenaire sexuel que l'on a des verrues génitales.
  • Les verrues génitales peuvent causer des démangeaisons, un écoulement vaginal et même des saignements vaginaux après une relation sexuelle.
  • Les verrues génitales peuvent aussi causer des problèmes pendant la grossesse et à l'accouchement. Dans de rares cas, le bébé peut être infecté et présenter des verrues au niveau de la gorge.
  • Les verrues génitales peuvent être traitées à l'aide de médicaments en crème vendus sur ordonnance ou éliminées en les gelant (cryothérapie), en les brûlant (électrothérapie) ou en effectuant une intervention au laser. Cependant, comme l'infection par le VPH ne se guérit pas, les verrues peuvent réapparaître.

Lien entre le VPH et d'autres problèmes de santé

Saviez-vous que le VPH peut causer un cancer de la vulve (région génitale externe chez la femme) et un cancer du vagin ?

Les cellules du vagin ou de la vulve infectées par certains types de VPH peuvent subir des modifications qui les rendent plus susceptibles de se transformer en cellules cancéreuses.

Comment le cancer de la vulve et le cancer du vagin peuvent-ils vous affecter ?

  • Lorsqu'un cancer de la vulve ou un cancer du vagin est décelé rapidement, il peut être traité par chirurgie et les taux de survie sont bons.
  • Un cancer décelé à un stade plus tardif est plus grave. De plus, les taux de survie sont beaucoup plus faibles et le traitement comporte une intervention chirurgicale, la radiothérapie et la chimiothérapie.

VPH et autres cancers

Le VPH peut aussi causer un cancer de l'utérus ou du côlon (anus) chez les femmes et un cancer du pénis, du scrotum ou du côlon chez les hommes. On a aussi observé certains cancers de la tête et du cou causés par le VPH.

Heureusement, il existe des moyens pour réduire le risque d'infection par le VPH. Il est aussi possible de déceler ces cancers rapidement. Les tests Pap permettent de déceler les cellules anormales au niveau du col utérin et de dépister un cancer du col de l'utérus, mais d'autres tests et examens (par ex. l'examen gynécologique, aussi appelé examen pelvien) doivent être effectués. Discutez avec votre médecin de l'importance de subir régulièrement des tests Pap, des examens pelviens et des bilans de santé et demandez-lui à quelle fréquence vous devriez les subir. Si cela vous gêne, téléphonez au bureau du médecin et informez-vous. Renseignez-vous aussi sur ce que vous pouvez faire pour vous protéger.




Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2018 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens