Page d'accueil

Cancer

Traitement et prévention du cancer du sein

Traitement

Le dépistage précoce du cancer du sein réduit la probabilité de dissémination du cancer et augmente les chances de guérison complète. Le traitement dépend des circonstances particulières de la patiente, par exemple la vitesse de croissance de la tumeur, la réponse au traitement et s'il y a eu dissémination ou pas.

Lorsque la tumeur est circonscrite au sein, le meilleur traitement est l'intervention chirurgicale suivie d'un traitement général et peut-être aussi d'une radiothérapie. L'ablation chirurgicale partielle ou totale du sein est pratiquée peu après le diagnostic, afin d'éviter la dissémination du cancer. L'ablation d'une petite partie du sein (seulement la tumeur et un peu des tissus avoisinants) est appelée tumorectomie du sein, ou mastectomie partielle si une partie plus importante du sein est enlevée. Une mastectomie simple consiste à enlever le sein en entier, et une mastectomie radicale inclut également les tissus et les muscles thoraciques sous-jacents. Les ganglions lymphatiques dans les aisselles peuvent aussi être enlevés.

Le traitement général consiste en une chimiothérapie accompagnée d'un traitement hormonal. La chimiothérapie est souvent administrée sur une période de six à huit mois et l'hormonothérapie peut se prolonger pendant au moins cinq ans, si les analyses effectuées pour le cancer initial mettent en évidence des récepteurs pour les hormones (cancer à récepteur positif). Le recours au traitement général est maintenant très courant et permet de réduire considérablement le risque de récidive du cancer, souvent même de 50 %.

Dans de rares cas, le traitement général est administré avant l'intervention chirurgicale. Cette méthode s'appelle thérapie néoadjuvante. Ce type de traitement est employé pour améliorer la survie, pour permettre la réussite du traitement chirurgical et pour évaluer la réponse de la tumeur au traitement général (cela est impossible si la tumeur a déjà été enlevée).

Une radiothérapie est souvent administrée après une tumorectomie ou une mastectomie partielle, si les marges de résection sont très rapprochées ou si la tumeur est volumineuse et touche de nombreux ganglions lymphatiques, afin de détruire les cellules cancéreuses qui peuvent persister dans le sein et parfois dans l'aisselle et la paroi thoracique. Les effets secondaires de la radiothérapie, qui s'expliquent par la destruction de tissus sains dans la région traitée, disparaissent d'eux-mêmes une fois le traitement terminé.

La réussite du traitement chirurgical et de la radiothérapie repose sur une connaissance précise de l'endroit où la tumeur est située, contrairement au traitement administré par la voie générale. La chimiothérapie consiste à administrer un ou plusieurs médicaments en vue de détruire les tumeurs secondaires ou d'interrompre la croissance des cellules cancéreuses qui se développent à d'autres endroits. L'hormonothérapie agit sur les cellules cancéreuses qui comportent des récepteurs des œstrogènes et elle les rend plus sensibles aux médicaments qui bloquent les œstrogènes. Les organes (ovaires ou glandes surrénales) qui sont la source des hormones stimulant la croissance des cellules peuvent également être enlevés chirurgicalement ou détruits à l'aide de rayons X.

Prévention

À l'heure actuelle, il n'existe aucun moyen de prévenir le cancer du sein. Des études sont en cours dans le but de confirmer que les médicaments appelés anti-œstrogènes peuvent être efficaces pour prévenir le cancer du sein chez les femmes qui présentent un risque élevé. Néanmoins, certaines mesures non médicamenteuses peuvent être prises afin de réduire le risque d'apparition de cette maladie :

  • faire de l'exercice régulièrement ;
  • avoir une alimentation saine à faible teneur en graisses et comportant beaucoup de fruits et de légumes ;
  • réduire la consommation d'alcool (une ou deux consommations par jour accroissent légèrement le risque).

En outre, les femmes devraient faire un auto-examen des seins (AES) tous les mois. Le médecin peut enseigner la bonne façon de procéder. A partir de 50 ans, les femmes exposées à un risque moyen devraient également avoir une mammographie et un examen physique tous les deux ans. Ces mesures peuvent contribuer à déceler toute masse inhabituelle ou anomalie dans le tissu mammaire. Le dépistage précoce peut jouer un rôle important dans la réussite du traitement.




Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2018 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens