Page d'accueil

Vessie hyperactive

Traitements non médicamenteux

Il existe de nombreuses solutions thérapeutiques non médicamenteuses contre la vessie hyperactive, notamment :

L'Association des urologues du Canada (AUC) recommande de commencer par des changements des habitudes de vie et la rééducation vésicale avant d'envisager le recours à d'autres types de traitement. Les traitements non médicamenteux peuvent être utilisés seuls ou en association avec la prise de médicaments. Discutez avec votre médecin pour déterminer les traitements qui vous conviennent le mieux.

Changements des habitudes de vie

La caféine et l'alcool peuvent irriter la vessie et augmenter la fréquence des envies d'uriner. En limitant la consommation de ces boissons, il est donc parfois possible de réduire les symptômes de vessie hyperactive.

La réduction de la consommation de liquides peut aussi contribuer à soulager vos symptômes. Votre médecin pourrait donc vous demander de limiter votre consommation de liquides afin qu'elle se situe entre 1 et 1,5 litres par jour. Cependant, ne modifiez pas la quantité de liquides que vous buvez sans en avoir d'abord discuté avec votre médecin, surtout si vous avez des calculs rénaux ou une infection des voies urinaires.

Parmi les autres changements des habitudes de vie qui s'inscrivent dans la prise en charge de la vessie hyperactive, mentionnons la perte de poids ainsi que les mesures visant à prévenir les infections des voies urinaires et la constipation.

Rééducation vésicale

La rééducation vésicale peut augmenter la capacité de votre vessie à emmagasiner l'urine. Elle peut aussi vous aider à acquérir une meilleure maîtrise de vos besoins urgents d'uriner. Grâce à la rééducation vésicale, vous augmenterez graduellement l'intervalle entre vos visites aux toilettes. Avec le temps, la sensation d'urgence et les pertes d'urine diminueront. Votre médecin peut vous aider à mettre cette technique en pratique et à établir un horaire pour vos visites aux toilettes. Un journal des mictions (l'action d'uriner) vous aidera à respecter cet horaire.

Exercices de Kegel (renforcement des muscles du plancher pelvien)

Les exercices de Kegel consistent à contracter puis à relâcher de façon répétitive les muscles du plancher pelvien, ou périnée. Pour déterminer si vous contractez les bons muscles, essayez d'interrompre le jet lorsque vous urinez. Les muscles que vous utilisez pour ce faire sont ceux que vous devez solliciter pendant les exercices de Kegel.

Au début, contractez puis relâchez les muscles du plancher pelvien pendant 5 secondes chaque fois. Augmentez graduellement la durée des exercices jusqu'à ce que chaque contraction et chaque relâchement dure 10 secondes. Faites trois séries de 10 exercices de Kegel par jour.

Si vous avez du mal à localiser les muscles en question, demandez de l'aide à votre médecin. Les exercices de Kegel peuvent contribuer à prévenir les contractions involontaires du détrusor en renforçant les muscles du plancher pelvien. Par contre, pour que ces exercices soient efficaces, il faut bien respecter le programme recommandé par le professionnel de la santé qui vous les a prescrits. Lorsqu'ils sont pratiqués régulièrement, les exercices de Kegel produisent généralement des résultats notables au bout de 6 à 12 mois.

Électrostimulation fonctionnelle

Il existe une méthode, appelée électrostimulation fonctionnelle, qui fait appel à la stimulation électrique d'un nerf du plancher pelvien pour provoquer la contraction des muscles pelviens ou empêcher la contraction du détrusor. Cette technique est utile chez les personnes qui ont du mal à contracter elles-mêmes leurs muscles pelviens.

Rétroaction biologique

La rétroaction biologique est un procédé de rééducation qui aide les gens à acquérir une meilleure maîtrise des muscles de leur plancher pelvien. Elle peut servir à améliorer les résultats des exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien (c.-à-d, les exercices de Kegel). La rétroaction biologique peut faire appel à l'électrostimulation fonctionnelle et à d'autres techniques (comme l'utilisation d'un ballonnet vaginal) pour aider le patient à localiser les bons muscles.

Interventions chirurgicales

On a recours à cette option thérapeutique lorsque les autres formes de traitement ne parviennent pas à atténuer les symptômes. Le type d'intervention chirurgicale le plus fréquent est la neuromodulation qui consiste à implanter un dispositif qui stimule de façon continue les nerfs pelviens par de petites impulsions électriques. Ce dispositif prévient ainsi les contractions involontaires du détrusor.

Les autres types d'interventions chirurgicales consistent à pratiquer l'ablation de certains nerfs, à augmenter la taille de la vessie, à enlever une partie du détrusor pour augmenter la capacité de remplissage de la vessie ou à créer une autre voie d'évacuation de l'urine (en utilisant d'autres tissus, comme une partie de l'intestin).

Connaître les effets de son traitement

Lorsque vous amorcez un nouveau traitement, vous devez savoir à quoi vous attendre, en particulier quant au délai avant l'apparition des premiers résultats, aux symptômes ciblés et à l'ampleur du soulagement que vous pouvez espérer obtenir. Pour en savoir plus sur les effets potentiels de votre traitement, lisez la section Obtenir le plus de bienfaits possibles de son traitement ou parlez-en à votre médecin.

Apprenez-en davantage sur les effets que la vessie hyperactive peut avoir sur votre vie, consultez le site www.overactivebladder.ca.




Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2018 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens