Page d'accueil
Vous pensez avoir attrapé la grippe?
Renseignez votre code postal pour trouver une clinique proche de chez vous:

Santé des aînés

La maladie d'Alzheimer

De toutes vos possessions, en est-il une qui soit plus précieuse que vos souvenirs ? La maladie d'Alzheimer (m. d'A.) est sans doute pire que ces affections qui causent de la douleur ou une perte de fonction, car elle dépouille ses victimes de leur passé. Les amis et les membres de la famille qui observent avec impuissance la perte progressive de l'autonomie de la personne qu'ils aiment semblent souffrir à peu près autant qu'elle. Bien que cette maladie devienne d'une banalité alarmante, elle n'en reste pas moins un mystère.

Les démences sont des affections du cerveau qui causent des trous de mémoire, de la confusion mentale et l'affaiblissement des capacités intellectuelles. Elles engendrent la détérioration du contrôle émotionnel, du comportement social et de la motivation. La démence atteint environ 1 personne sur 6 ayant entre 80 ans et 85 ans. Elle touche à peu près 1 personne sur 3 parmi celles qui ont plus de 85 ans. Plus de la moitié de ceux-ci auront été causés par la maladie d'Alzheimer.

Les facteurs de risque et la prévention

Si l'un des membres de votre famille proche a été atteint de la maladie d'Alzheimer, votre risque de contracter cette affection est 3 fois plus grand. Seules quelques victimes de la maladie d'Alzheimer savent qu'elles en sont atteintes parce qu'un gène produisant une protéine détectable les a rendues plus vulnérables à ce trouble. Mais nous ne connaissons pas la cause de la plupart des autres cas. Les soupçons se sont portés sur bien des causes, notamment les toxines environnementales, comme les métaux (vous souvenez-vous de ces casseroles en aluminium que vous avez jetées ?), les infections et les réactions auto-immunes au cours desquelles le système immunitaire de l'organisme attaque ses propres tissus.

Une étude qui a été récemment décrite dans le Journal of the American Medical Association a rapporté que les aînés qui consommaient des aliments riches en vitamine E étaient quelque peu protégés contre cette affection. Pendant 5 ans, les enquêteurs ont suivi 800 hommes et femmes âgés de 65 ans qui n'étaient pas atteints de la maladie d'Alzheimer au début de l'étude. Lorsqu'elle a été terminée, ils ont comparé les régimes alimentaire et médicamenteux des personnes qui avaient contracté la maladie d'Alzheimer pendant ce temps avec ceux des personnes qui étaient indemnes. Étonnamment, les personnes qui avaient mangé des aliments riches en vitamine E avaient reçu une protection considérable contre cette affection, alors que celles qui avaient pris des suppléments de vitamine E, mais dont le régime alimentaire ne comportait pas d'aliments riches en vitamine E, n'avaient pas acquis une protection contre la maladie d'Alzheimer. Cependant, les études ont montré que de fortes doses de vitamine E pouvaient augmenter le risque de mort. Les personnes que ces conclusions intéressent ne devraient pas commencer à prendre de la vitamine E sans discuter du rapport bénéfice/risque avec leur fournisseur de soins de santé.

Le diagnostic et la pathologie

Il n'existe aucune épreuve de laboratoire qui puisse orienter le diagnostic de la maladie d'Alzheimer. Il faut d'abord éliminer toutes les causes auxquelles pourraient être imputés l'affaiblissement des capacités intellectuelles et de la mémoire, la confusion mentale ou les changements du comportement. Il importe aussi d'écarter la démence attribuable à l'alcool, au blocage des vaisseaux sanguins du cerveau ou encore à une hydrocéphalie à pression normale (une augmentation de la quantité de liquide cérébrospinal accompagnée d'une perte de tissu cérébral). Parfois, les symptômes d'un état dépressif, ou d'une réponse indésirable à des médicaments, peuvent simuler une démence. En outre, des infections, une insuffisance cardiaque ou une insuffisance respiratoire peuvent entraîner de la confusion mentale et une désorientation.

Au fur et à mesure que la maladie d'Alzheimer évolue, des tomographies assistées par ordinateur, des tomographies par émission de positions, et des examens par IRM mettront éventuellement en évidence une perte étendue des cellules du cerveau, en particulier de celles détenant une grande quantité d'acétylcholine, une substance chimique faisant partie des neurotransmetteurs. Ces cellules résident surtout dans l'hippocampe, le locus cœruleus, le cortex des lobes frontal, temporal et pariétal ainsi que dans la substance innominée. Ces aires sont responsables des fonctions exécutives et des réactions émotives. Une biopsie du cerveau, ou une autopsie, montre l'accumulation des plaques de protéine et des enchevêtrements neurofibrillaires caractéristiques de l'affection.

L'évolution

L'Alzheimer est une affection qui touche généralement les personnes âgées, mais elle se manifeste parfois parmi les personnes qui approchent de la quarantaine. Les premiers symptômes comportent des trous de mémoire, ou des accès de confusion mentale provisoires, suivis de périodes où la fonction cognitive est apparemment normale. À mesure que les épisodes se prolongent et se rapprochent, des tâches complexes, mais réalisées couramment, comme conduire la voiture, deviennent plus difficiles. Les actions de la personne touchée par l'affection surprendront quelquefois, quand il lui arrivera de mettre des denrées périssables dans une armoire ou de ranger du papier à lettres dans le réfrigérateur. La progression du déclin cognitif la mettra peu à peu dans l'impossibilité de s'occuper d'elle-même. Elle ressentira de l'agitation, de la confusion mentale, et même de la paranoïa. Elle ne se souviendra pas qu'elle a changé un objet de place. Plus tard, quand elle ne le trouvera pas, elle se convaincra que des intrus ont pénétré chez elle et se sont enfuis avec cet objet.

La mort se produit dans un intervalle de 8 à 20 ans après l'apparition des symptômes, elle est souvent due à une pneumonie subséquente à la détérioration des aires du cerveau responsables de la respiration et des réflexes de protection des voies aériennes supérieures.

Le diagnostic précoce est une nécessité. Il permet de commencer le traitement, d'assurer un environnement qui permettra à la personne de fonctionner en toute sécurité et de dresser ses plans d'avenir.

Le traitement

Plusieurs médicaments sont offerts sur le marché, ils agissent en augmentant le taux d'acétylcholine dans le cerveau, et leur action atténue les symptômes d'une intensité légère à modérée. Ces médicaments retardent l'inévitable, et ils peuvent améliorer la fonction cérébrale durant les stades légers de la maladie. Les substances utilisées par le corps pour fabriquer de l'acétylcholine ont été essayées en suppléments sans succès. Des essais cliniques fiables ont été menés pour évaluer le ginkgo biloba, et d'autres remèdes à base de plantes médicinales, mais ils n'ont pas réussi à prouver leur efficacité.

Le traitement doit s'effectuer dans un environnement favorable. Créez un environnement simple, sans danger, et contrôlé. Faites tout votre possible pour procurer à la personne atteinte une nutrition et une activité physique adéquates et veillez à son bien-être physique. Évitez la surmédicalisation, bien que la prise d'une faible dose d'un antidépresseur sédatif ait souvent un effet utile sur l'humeur et le sommeil.

Les soins pour les aidants

S'occuper d'une personne atteinte d'Alzheimer exige une patience et une résignation hors de l'ordinaire. Établissez des objectifs réalistes tant pour l'aidant que le patient. Tirez parti des ressources communautaires, obtenez le soutien d'une personne au foyer ou des soins infirmiers à domicile. Un ergothérapeute pourrait vous rendre visite et vous aider à effectuer de légères, mais importantes modifications dans votre domicile. Quand le moment sera venu, vous devriez avoir la force de vous tourner vers un établissement de soins de longue durée dont le personnel possède les compétences nécessaires à la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Ils savent ce qu'il faut faire pour assurer le confort des êtres qui vous sont chers. Ces mesures vous permettront de mieux dormir et de vous délasser, si bien que lorsque vous irez les voir, vous aurez un état d'esprit plus positif. Les membres de l'équipe soignante doivent surtout ne pas se négliger. La santé s'abîme facilement.

Les 10 signes précurseurs de la maladie d'Alzheimer

(Inspirés de la liste de symptômes préparée par la Société Alzheimer : www.alzheimer.ca/french/disease/warningsigns.htm).

  1. Des trous de mémoire qui nuisent aux activités quotidiennes, comme l'oubli de noms, de numéros de téléphone et d'activités récentes.
  2. La perte de la capacité d'accomplir certaines tâches quotidiennes.
  3. L'oubli de mots simples qui entraîne parfois la substitution de mots qui conviennent moins bien.
  4. La désorientation dans le temps et dans l'espace, la personne atteinte de la maladie perd son chemin et ne sait plus comment rentrer chez elle.
  5. Un jugement amoindri qui se manifesterait par le port de vêtements inappropriés pour la température ambiante ou le manque de jugement face à un gros problème.
  6. De la difficulté à effectuer des opérations abstraites, à comprendre un principe ou la portée de certains événements.
  7. Des objets égarés, ou même placés dans des endroits insolites, et dont la disparition suscite de la paranoïa ou des soupçons exagérés.
  8. De brusques sautes d'humeur sans raison apparente.
  9. Un changement de personnalité caractérisé par de l'apathie, de la confusion, de la méfiance ou de la crainte.
  10. Le manque d'initiative qui prévient la personne atteinte d'oser entreprendre spontanément une activité quelconque.
 
Originellement rédigé par le Dr Ray Baker 
Mis à jour par l'équipe clinique de MediResource



Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2018 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens