Page d'accueil

Santé mentale

Acheter : Thérapie-emplettes ou folie des achats?

Demandez de l'aide et obtenez un traitement pour votre dépendance au magasinage

Demandez de l'aide et obtenez un traitement pour votre dépendance au magasinage

Les auteurs d'un article de synthèse publié dans World Psychiatry en 2007 estiment qu'environ 6 % des Américains sont confrontés à un problème de magasinage compulsif à un moment ou un autre de leur vie. D'autres études rapportent un pourcentage plus élevé; le résultat dépend de la méthode d'analyse employée.

Comme pour toute dépendance, les personnes qui ont une dépendance au magasinage se donnent beaucoup de mal pour cacher leurs sorties dans les magasins et leurs achats. Bon nombre d'entre elles ne font pas face à leur problème tant qu'elles n'ont pas accumulé une dette importante sur leurs cartes de crédit et atteint un cul-de-sac, s'exposant ainsi à des répercussions financières graves. Une telle situation peut aussi entraîner des revers personnels, par exemple perdre la confiance des êtres chers quand ils s'en rendent compte, voire perdre son emploi ou sa maison.

La première étape pour obtenir de l'aide est d'admettre que vous avez un problème de dépendance au magasinage. Une fois ce pas de géant franchi, vous aurez la motivation nécessaire pour chercher de l'aide.

Il n'existe pas de méthode standardisée pour traiter la dépendance au magasinage. Les deux méthodes principalement employées sont le traitement médicamenteux et la thérapie cognitivo-comportementale.

Diverses études cliniques ont été menées afin d'évaluer l'efficacité des médicaments normalement prescrits pour traiter l'anxiété et la dépression, mais les résultats obtenus sont variables.

La thérapie cognitivo-comportementale (ou TCC) est une méthode couramment employée. Le nom thérapie cognitivo-comportementale est un terme général qui désigne un processus consistant à reconnaître et à corriger les problèmes liés à la façon de penser, de se comporter et de se sentir, tous des facteurs qui peuvent contribuer à la dépendance ou aux comportements compulsifs.

Cette thérapie vise les problèmes qui naissent à l'intérieur de soi, pas ceux provoqués par un événement extérieur. En passant du temps de qualité avec des aidants professionnels, des personnes chères ou d'autres personnes vivant la même situation, ou encore en faisant des activités d'auto-assistance, il devient possible de mettre de l'ordre dans vos émotions, vos idées et vos antécédents et donc de vous engager sur la voie de la guérison.

La thérapie peut être conduite par un professionnel qualifié (par ex. un psychologue, un thérapeute ou un conseiller) ou par la personne elle-même (par ex. lire des livres sur l'auto-assistance, tenir un journal des activités de magasinage), ou encore le soutien peut provenir d'un programme offert par des bénévoles ou un organisme de bienfaisance qui proposent des étapes réalistes pour vous aider à réfréner vos envies de magasiner (par ex. SOS Dettes [au Québec] ou Credit Canada [en Ontario]).

Idéalement, une thérapie cognitivo-comportementale efficace comprendrait une association de tous ces programmes, adaptée en fonction de vos besoins, en plus d'un examen des aspects de votre vie touchés par votre dépendance au magasinage et pouvant nécessiter des séances de counseling conjugal ou la consultation d'un conseiller financier.


Vous cherchez quelque chose dans notre site Web ? Vous l'avez trouvé ?

Pub

Le contenu de ce site n'est offert qu'à des fins strictement informatives et dans l'intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l'avis d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale.

© 1996 - 2017 MediResource à portée de la main de millions de Canadiennes et de Canadiens